«Si la chance, le moment - de la vue intérieure permettent, peut-être, comme on dédouble une étoile, comme on devine une orbite - ce soir également, de ressentir un fait intérieur - un moment important et imperceptible de la pensée - ce rien devenu sensible et qui ne l’est pas généralement - ce vrai non utile - organe sans apparence ni place dans le monde donné auquel il travaille - ... À la fois c’est un accident de la percevoir, tout essentiel qu’il est, mais soupçonné voici que l’indice, peu de chose, nécessite un bouleversement de ma vérité.»   - Paul Valéry -

Diplômée des arts décoratifs de Strasbourg en 2012 avec un travail de sculpture et de peintures, je suis retournée l’année suivante dans les Alpes Maritimes, ma région d’origine, pour poursuivre mes recherches.

Mais comment définir ces recherches ? Un pourquoi me fige, et comme mon fils à qui je demande pourquoi il a peur, je voudrais répondre « beh c’est comme ça ».

Les enfants ne sont pas idiots. Ils savent bien, que ces choses mystérieuses qui les habitent, raison et cœur mêlés, sont si profondes que les mots seuls ne respecteraient pas leur nature et les amputeraient de la plus grande partie de leur vérité.

Alors je cherche, en profondeur ou en surface, c’est pour moi la même chose. L’intensité d’une pose, ou le lustre d’une breloque peuvent avoir parfois le même pouvoir. Je cherche là où la vie s’exprime, dans ses délires, ses contrastes, ses méandres, à travers le prisme de mes propres délires, mes propres révoltes, mes peurs et amours. Parfois je trouve, je ne trouve jamais pour de bon, ainsi mon travail se poursuit. Et je cherche comme ça, un peu bête, pour me laisser surprendre. Cependant je travaille toujours en conscience, avec le poids de la pensée comme un cour d’eau qui creuse son lit, avec l’incessant mouvement des yeux et des mains, avec le poids, l’odeur et la texture des outils et de la matière. C’est peut-être ma façon de me débrouiller avec la vie, sans jamais cesser de penser comme un enfant.

Concert de mouches et de crevettes

Mémoire de fin d'étude

Article de Domna Chanoumidou

Critique d'art